11 septembre – 5 octobre 2020

Blaise Adilon

CONVERSATION DE L’ AME A L’ OEIL: photographies

Le déclenchement photographique n’est pour Blaise Adilon que le point de départ d’une réflexion sur la matière de l’image, le sens et les enjeux de la transposition du réel au delà de sa représentation.

Tour à tour photographe, graphiste, cinéaste, concepteur d’images, son travail d’artiste consiste à faire dialoguer des images entre elles dans une approche contemporaine et expérimentale.

Après l’averse: rendez vous avec les artistes le 8 août

Une périssoire *, le seuil de l’exposition, en voûte plate, invite le visiteur à pénétrer dans l’installation et à prendre l’espace par le dessous.

Après l’averse, l’humidité est ambiante, les infiltrations longent les galeries, ça baigne, ça trempe, ça goutte, ça klink.

Le long du mur, la série de peintures «Bleu, brou, huile…» est issue d’une suite de gestes et de papiers trempés dans divers produits ménagers de quincaillerie.

Bien qu’intervenant dans une église vieille de 1000 ans, aborder cet espace dans toute sa contemporanéité́, l’investir tel qu’il nous était présenté, lieu d’exposition artistique, volontairement tourné vers la création contemporaine.

Cette installation, spécialement conçue pour l’église, est créée et pensée à travers un ensemble de supports : picturaux, sculpturaux, lumineux…

Pour les artistes, il s’agissait d’élaborer une peinture, mais dans l’espace : une peinture à parcourir, comme si nous pouvions entrer dans la nef et habiller la lumière.

Rendez vous le 8 août pour une rencontre avec les artistes. D’ici là; voici un petit aperçu, des extraits lors du montage de l’exposition:

* Une périssoire est une longue embarcation étroite et instable, présageant d’une navigation périlleuse. C’est une cousine bourgeoise du canoë kayak, que l’on retrouve au bord de l’Yerres.

APRES L’AVERSE

La seconde exposition à ETAC sera une grande nouveauté – une installation de Marion Darregert et Emmanuel Louisgrand, artistes plasticiens et designers.

Ils  suivent  leurs études  à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon, à quelques promotions d’écart.

Ils se rencontrent à Saint-Etienne en 2012, lorsque Marion rejoint l’association Greenhouse que préside Emmanuel.

Une véritable complicité artistique se noue entre eux.

Adeptes des chantiers à ciel ouvert ou vivant l’atelier comme un lieu d’habitation, ce duo d’artistes conçoit et réalise une grande installation spécialement crée pour l’église St. Valérien. Combinant art, design d’espace, productions d’objets et de scénographies, ils inventent des campements de fortune par des jeux de structures et d’éclairages, d’équilibres et de remplissages, cherchant littéralement à peindre dans l’espace et à habiller la lumière.

Cette installation sera évolutive au fur et à mesure du temps de l’exposition.

L’exposition s’intitule « Après l’Averse », elle dure jusqu’au 10 août, du mardi au samedi 14h30 -19h30.

3 à 28 juillet – Irène Desvignes

PUPILLAE

Ces peintures récentes présentent  de grandes figures, à taille humaine, inspirées de poupées textiles artisanales provenant de cultures diverses.  À l’origine, investies d’une fonction protectrice, elles sont ici fragilisées, voire sidérées – châle rouge-. D’autres questionnent le devenir existentiel, la condition féminine.

Sur les murs de l’église Saint Valérien, elles exacerbent leur dimension hiératique et solennelle  -presque religieuse-,  dans un  silence chargé d’interrogations sur les tensions et la violence de notre monde.
Continuer la lecture de « 3 à 28 juillet – Irène Desvignes »